On a vu la semaine dernière comment se répartissent les réponses aux questions à choix multiples dans le questionnaire (pour celles et ceux qui n’ont pas encore répondu il est encore temps de le faire). Cette semaine nous allons présenter une méthode de traitement automatique pour les réponses à la question ouverte : “Pouvez-vous nous préciser ce qui motive principalement votre inscription à ce MOOC ?”.

Le traitement des questions ouvertes est plus difficile que celui des autres types de questions. C’est probablement lié à la nature générative du langage au sens où toute personne qui sait parler a la “capacité d’utiliser de façon pertinente une infinité de phrases différentes et, pour la plupart, nouvelles, dans des situations elles-mêmes nouvelles”1. Autrement dit, chaque phrase écrite dans les réponses à notre questionnaire est différente des autres ce qui rend un travail d’analyse statistique malaisé. Il existe un grand nombre de méthodes qui cherchent à traiter automatiquement le langage. Nous allons en présenter ici une élémentaire bien adaptée à l’analyse de données de questionnaires.

Les réponses brutes

Le jeudi deux avril on comptait 580 réponses au questionnaire. Parmi ces réponses, on disposait de 544 réponses à la première question : “Pouvez-vous nous préciser ce qui motive principalement votre inscription à ce MOOC ?”. Pour commencer il est utile de parcourir les réponses, en voici une dizaine tirées au sort.

  1. “Je suis enseignante dans le secondaire. Je dois faire évoluer ma pédagogie en y intégrant les outils numériques. Ce MOOC est l’opportunité d’apprendre à le faire”
  2. “pour mieux intégrer les outils numériques dans ma pratique de l’enseignement des sciences SVT”
  3. “Ce MOOC constitue un premier pas pour moi vers cette manière d’enseigner.”
  4. “Trouver des réponses à des interrogations sur des pratiques pédagogiques.”
  5. “l’usage de la technologie dans l’enseignement suivant une approche connectiviste”
  6. “Améliorer mes pratiques pédagogiques et mieux intégrer le numérique dans l’enseignement.”
  7. “Découvrir ce que signifie enseigner avec le numérique. Connaître ces méthodes. Enrichir mes connaissances et en garder des supports. Je ne travaille pas dans le domaine de l’éducation ou la formation, mais je n’y intéresse.”
  8. “Me familiariser avec les nouveaux enjeux de l’enseignement à distance ainsi qu’avec les nouvelles technologies utilisables”
  9. “Je souhaite approfondir mes connaissances dans le domaine des technologies éducatives et l’utilisation des TIC dans l’enseignement. Avoir, si possible, un feedback sur mes réalisations et les projets. Mieux connaitre la communauté enseignante qui croit en le potentiel pédagogique des TIC et collaborer avec d’autre enseignants.”
  10. “compléter ma préparation au concours du capes de documentation”

On voit que les messages ont des formes très différentes. Certains sont très rédigés, d’autres beaucoup plus lacunaires. Certains présentent des éléments de contexte personnel tant dis que d’autres répondent strictement à la question. Examinons 10 autres réponses toujours tirées au hasard.

  1. “Enseignante en SHS dans le supérieur, je m’intéresse aux pédagogies alternatives - en particulier à la conception de MOOCs.”
  2. “Je souhaite découvrir "de l’intérieur" ce qu’est un MOOC et, du même coup, travailler sur un sujet qui m’intéresse.”
  3. “Module ESPE obligatoire”
  4. “Je suis enseignante de formation mais j’ai depuis 3 ans des fonctions de coordination qui m’éloignent du terrain. Cela dit, je souhaite garder un lien avec la classe et je ne voudrais pas être déconnectée des évolutions techniques en terme d’enseignement. Et avoir l’occasion de réfléchir à ses pratiques professionnelles en compagnie de spécialistes n’arrive pas si souvent !”
  5. “Je souhaite faire évoluer ma pédagogie et me lancer dans l’enseignement numérique”
  6. “Ayant à travailler sur une formation à mettre en place à distance, je souhaite pouvoir me former aux outils et à la pédagogie. Quoi de mieux qu’un MOOC !!!”
  7. “APPRENDRE À APPRENDRE AVEC LE NUMÉRIQUE, J’AI BESOIN AUSSI DE PIQURES DE RAPPEL SUR LA FORMATION CONTINUE AVEC DES ADULTES”
  8. “Je veux apprendre à creer des MOOCs.”
  9. “La possibilité d’améliorer ses connaissances relativement facilement, sans perturber son emploi du temps.”
  10. “j’enseigne avec le numérique est souhaite faire évoluer mes pratiques.”

Là encore on voit une assez grande variété dans les messages.

Le nuage de mots

Une première étape dans le traitement, consiste à produire un lexique, c’est à dire la liste des mots de vocabulaire utilisés dans l’ensemble des messages (comme cela à été fait pour l’énigme de la semaine dernière avec un roman de Camus !!!!!LIEN!!!!!). On peut ensuite compter le nombre d’apparitions de ces termes et représenter l’ensemble sous la forme d’un nuage de mots. Il existe des sites web spécialisés dans cette tâche comme le célèbre wordle.net mais ce genre d’instrument est à manier avec précaution car, comme tous les services en ligne pseudo-gratuits, on remet des données à un tiers. Il est donc toujours préférable d’utiliser des logiciels hors ligne.

En faisant un nuage de mots avec l’ensemble des messages pour lesquels on laisse le logiciel piloter l’analyse, on obtient la figure suivante. Vous remarquerez que tous les mots figurent en minuscules que les chiffres, les accents et les signes de ponctuations ont été enlevés par le logiciel.